plx

move!plx® : un extrait de verveine pour la récupération sportive, les articulations, le sommeil et le stress

move!plx® est un extrait aqueux de verveine titré en phénylpropanoides permettant d’accélérer le processus de récupération des sportifs et des athlètes en réduisant le risque de lésion et les douleurs musculaires et en améliorant la mobilité articulaire.

move!plx® est également bénéfique pour le sommeil, l’humeur et le stress.

  • Antioxydant et anti-inflammatoire
  • Reduit les marqueurs des dommages musculaires
  • Réduit les douleurs musculaires
  • Améliore le sommeil et l’humeur
  • Améliore la mobilité articulaire

move!plx® est disponible en France et au Benelux.

Description

move!plx® est un extrait aqueux de feuilles de verveine (Aloysia Citriodoria Palau) fabriqué en Espagne. Il est titré en phénylpropanoïdes comme les verbascosides et contient des flavonoïdes comme la lutéoline.

move!plx® réduit le stress oxydant et les dommages musculaires et contribue ainsi à la réduction de l’inflammation. move!plx® entraîne donc la réduction des douleurs musculaires et améliore ainsi le sommeil et l’humeur des sportifs.

move!plx® a été développé par Monteloeder en collaboration avec l’Institut de Biologie Moléculaire et Cellulaire de l’Université Miguel Hernandez en Espagne.

Pour plus d’informations vous pouvez visiter le site dédié au move!PLX.

Aloysia Citriodoria

L’étude de Funes et al de 2009 permet la caractérisation du move!plx® par chromatographie en phase liquide à haute performance (HPLC)  contient 25% de verbascosides.

caracterisation-PLX-chromatgraphie

De plus, l’étude de Funes & al met en évidence une corrélation entre l’activité antioxydante de l’extrait de verveine et la concentration en verbascoside (composé bioactif majeur de l’extrait).

La toxicité aigue a aussi été évaluée chez le rat avec l’administration par voie orale d’une dose de 2000mg/kg d’extrait de verveine dans un groupe comparé à un groupe contrôle, qui n’a rien reçu. Aucun effet indésirable n’a été observé après 15 jours. Ainsi, il y a une absence totale de toxicité du move!plx® en dessous d’une dose massive de 2000mg/kg.

Source: Funes L et al. “Correlation between plasma antioxidant capacity and verbascoside levels in rats after oral administration of lemon verbena extract”. Food Chemistry 2009; 117(4):589-98.

Bénéfices nutritionnels et de sante

move!plx® est un extrait de verveine titré en phénylpropanoïdes qui présente de nombreux bénéfices sur :

  • La récupération sportive
  • Le sommeil & le stress
  • Les articulations

move!plx® et récupération sportive

move!plx® a montré des effets sur la récupération du sportif et la réduction des douleurs musculaires.

  1. Réduit le stress oxydant
  2. Sur-régule la glutathion réductase
  3. Réduit les marqueurs de l’inflammation
  4. Réduit les marqueurs des dommages musculaires

Sur les deux études pré-cliniques et les six études cliniques cautionnant les bénéfices santé du move!plx®, nous présentons ci-dessous les résultats de quatre d’entre-elles. Les trois premières études présentées concernent les marqueurs physiologiques de la récupération sportive, et pour l’une d’entre elles, les douleurs musculaires, le sommeil et l’humeur. La quatrième étude traite des douleurs articulaires.

Le protocole de ces trois premières études était identique. Celles-ci ont été randomisées et en double aveugle: deux groupes d’étudiants en Sciences du Sport et des Activités Physiques de l’Université Miguel Hernandez en Espagne ont subi un entrainement d’aérobic de 90 minutes (14,5 à 16,5 km) trois jours alternatifs par semaine durant trois semaines. Un groupe a été supplémenté par une dose de 1200 mg de PLX titré à 10% tandis que l’autre groupe a reçu un placebo. Les marqueurs du statut antioxydant, des dommages musculaires et de l’inflammation ont été quantifiés et une analyse de la variance effectuée (ANOVA). Dans la troisième étude, les paramètres psychologiques telle que l’humeur ont été étudiés.

1. Réduction du stress oxydant.

Une première étude (Carrera-Quintanar et al, 2010) avait pour objectif d’étudier la capacité antioxydante du move!plx® sur le statut oxydatif du plasma et des cellules sanguines (erythrocytes et lymphocytes) de 15 étudiants soumis à un entrainement sportif trois jours par semaine (90 min. soit 14,5 à 16,5 km) pendant trois semaines. Suivant un protocole randomisé et en double aveugle, 8 étudiants ont reçu une dose de 1200 mg par jour de move!plx® titré à 10% et 7 étudiants un placebo. L’analyse statistique est une ANOVA à deux facteurs ( « groupe » et « temps »).
Des prises de sang à 0 et 21 jours ont permis de montrer une baisse significative (p<0,05) des marqueurs du stress oxydatif comme le malondialdehyde (MDA) et les protéines carbonylées dans le plasma.
Selon cette première étude, il y a une différence significative entre la concentration de MDA et de protéines carbonylées dans le plasma entre le groupe move!plx® et le groupe contrôle après un entraînement de 21 jours, illustrée par les figures ci-dessous.

MDA-plasma

proteines-carbonylees-plasma

De même, la seconde étude de Funes et al (2010) avait pour objectif de mesurer l’influence d’une supplémentation en move!plx® sur la réponse antioxydante des neutrophiles, sur les marqueurs des dommages musculaires et sur le profil en cytokines de 15 étudiants sportifs pratiquant un entrainement de 3 séances hebdomadaires de 90 minutes de course soit environ 14,5 à 16,5 km pendant trois semaines. Selon le même protocole randomisé et en double aveugle, 8 étudiants ont reçu 1200 mg de move!plx® titré à 10% et 7 étudiants un placebo.

Le MDA et les protéines carbonylées sont des marqueurs du stress oxydatif dus à une pratique intensive du sport. Ce sont des dérivés de la peroxydation des matières grasses et des protéines qui peuvent compromettre le bon fonctionnement des leucocytes (chimiotaxie, phagocytose…).

Après 21 jours, le niveau en MDA dans les neutrophiles est significativement (p=0,05) plus bas dans le groupe supplémenté (EXT) que dans le groupe contrôle (PLB). On observe des résultats similaires pour les protéines carbonylées : une augmentation significative (p=0,08) des protéines carbonylées apparaît dans le groupe placebo alors qu’aucune différence significative n’a pu être montrée dans le groupe supplémenté en move!plx®.

concentrations-MDA-proteines-carbonylees

Enfin, une troisième étude (Martinez-Rodriguez et al, 2015) avait pour objectif de mesurer à la fois l’effet du move!plx® sur les paramètres physiologiques (malondialdehyde (MDA), protéines carbonylées, γ-glutamyltransférase (GGT), aspartate aminotransferase (AST) , myoglobine (Mb), myeloperoxidase (MPO) dans les lymphocytes, neutrophiles et erythrocytes mais aussi psychologiques (questionnaire POMS, qualité et durée du sommeil).

Toujours suivant le même protocole randomisé et en double aveugle, 12 étudiants ont reçu 1200 mg de move!plx® titré à 10% et 12 étudiants ont reçu un placebo. Tous réalisent un entrainement de 90 minutes de course (14,5 à 16,5 km) trois jours alternatifs par semaine durant trois semaines.

Les protéines carbonylées et le MDA ont été analysés dans le plasma, les lymphocytes et les neutrophiles. Dans cette étude, seule une différence significative (p<0,05) de l’activité des protéines carbonylées dans le plasma a été constatée entre les deux groupes.

activite-proteines-carbonylees

Pour conclure, un effet du move!plx® sur les marqueurs du stress oxydant semble clair et répétable sur ces trois études cliniques.

2. Sur-régulation de la glutathion réductase

Selon la première étude (Carrera-Quintanar et al, 2010), l’entrainement de 21 jours a causé une augmentation significative des activités de la Catalase, de la GSH-Réductase, de la GSH-péroxydase et de la superoxyde dismutase (SOD) dans les deux groupes. Cependant, les activités de la Catalase et de la GSH-Réductase dans les lymphocytes étaient significativement plus élevées dans le groupe traité avec le move!plx® après l’entraînement.

activite-catalase-lymphocytes

activite-GSH-reductase-lymphocytes

Compte tenu de l’importance de la GSH-Réductase dans la restauration du glutathion oxydé, l’expression du gène codant pour la glutathion-réductase a été mesuré dans les deux groupes par qRT-PCR, technique de quantification de l’ADN. Aucune différence dans les niveaux de mARN n’a été constatée entre les deux groupes suggérant une régulation au niveau protéique.

Afin de mieux comprendre les changements observés dans les lymphocytes, les mêmes activités enzymatiques ont été mesurées dans les érythrocytes, des cellules sans noyaux et donc sans régulation contrôlée par les gènes. Tout comme dans les lymphocytes, l’activité de la GSH-Réductase dans les érythrocytes du groupe supplémenté en move!plx® a très fortement augmenté, ce qui renforce l’hypothèse d’une régulation de la protéine GSH-réductase par le move!plx®.

activite-catalase-erythrocytes

activite-GSH-reductase-erythrocytes

Pour expliquer le mécanisme de régulation de la GSH-réductase, cette dernière a été quantifiée dans les lymphocytes des deux groupes de sportifs en utilisant des anticorps spécifiques. Aucune différence dans la quantité de GSH-réductase n’a été observée laissant supposer que le move!plx® module l’activité de la GSH réductase plutôt que sa quantité. Pour vérifier cette hypothèse, l’activité de GSH réductase humaine purifiée a été mesurée In Vitro en présence ou en absence de move!plx®, de verbascosides purifiés et d’acide ascorbique. Il apparaît que l’activité de la GSH-réductase est significativement plus élevée (p<0,005) en présence du move!plx®, des verbacosides et de l’acide ascorbique suggérant que le move!plx® stimule l’activité de la GSH-réductase par un mécanisme redox.

Cette étude a obtenu le second prix national de la recherche sur la médecine du sport en Espagne.

activite-GSH-reductase

Tout comme dans la première étude, la seconde étude (Funes et al, 2010) mesure l’activité de la Glutathion-réductase dans les neutrophiles  .Celle-ci augmente beaucoup plus dans le groupe supplémenté que dans le groupe placebo. De même, on constate que cette augmentation n’est pas due à un accroissement de l’expression du gène codant pour la Glutathion-réductase permettant de supposer que cette activation est post-transcriptionnelle.

activite-glutathion-reductase-neutrophiles

Ainsi, move!plx® stimule le système antioxydant naturel de l’organisme via un effet redox sur la glutathion réductase.

3. Réduction de l'inflammation

Dans la seconde étude (Funes et al, 2010) décrite ci-dessus, un effet inhibiteur significatif (p<0,05) de la supplémentation en move!plx® sur l’activité de la Myélopéroxydase (MPO), marqueur de l’inflammation, par rapport au placebo, a été constaté. Plusieurs études ont en effet montré que l’exercice physique favorise l’activation de la MPO (enzyme principalement responsable de la production d’acide hypochloreux, HOCl, un puissant oxydant mais aussi marqueur précoce de l’inflammation) dans les neutrophiles qui peut conduire à une production excessive de radicaux libres.

activite-MPO-neutrophiles

La deuxième étude montre aussi un effet protecteur du move!plx® sur les neutrophiles contre le stress oxydatif et l’inflammation causés par la pratique du sport.

De plus, l’effet anti-inflammatoire du move!plx® a été évalué sur des échantillons de sang mis en culture et stimulés par un lipopolysaccharide de E. Coli (LPS), une molécule pro-inflammatoire. Les concentrations, avant et après l’entrainement de 21 jours, de l’IL6, l’IL1B et du TNFalpha ont été mesurées par un test ELISA.

Même si l’IL6 a été réduite significativement dans les deux groupes entre le début et la fin de l’entrainement, la baisse de l’IL6 est significativement (p<0,05) plus importante dans le groupe supplémenté (EXT) que dans le groupe contrôle (PLB) au jour 21. L’interleukine IL1B a été réduite significativement dans chaque groupe mais sans différence significative entre les deux groupes après 21 jours.

effects-IL6

Dans la troisième étude, l’enzyme myéloperoxydase décroit aussi de manière significative (p<0,05). (Alejandro Martinez-Rodriguez et al, 2015)

activite-MPO-plasma

Il existe donc des éléments probants de l’effet du move!plx® sur les marqueurs de l’inflammation.

4. Réduction des marqueurs des dommages musculaires

Dans la deuxième étude, l’activité de l’alanine aminotransferase (ALT) sérique a augmenté dans le groupe contrôle (+12,5%) alors qu’elle est restée stable dans le groupe supplémenté en move!plx®. De même, l’activité de l’aspartate aminotransferase (AST) était significativement réduite (-22%) dans le groupe supplémenté en move!plx® en comparaison au groupe placebo. Enfin, la supplémentation en move!plx® a induit une réduction significative (-31%) des gamma glutamyl transferase (GGT) alors qu’aucun effet n’a été constaté dans le groupe contrôle.

activite-ALT-plasma

activite-AST-plasma
activite-GGT-plasma

Ainsi, le maintien ou la baisse de l’activité des aminotransferases indique donc un effet protecteur du move!plx® sur le tissu musculaire.

Dans la troisième étude, le groupe supplémenté en move!plx® présente des valeurs plasmatiques significativement (p<0,05) plus basses concernant l’apartate aminotransferase (AST) et la glutamic pyruvic transaminase (GGT) que le groupe placebo. De la même manière, le groupe traité par le move!plx® présente des taux de myoglobine plasmatique (Mb) significativement inférieurs (p<0,05) au groupe placebo. Ces résultats tendent à montrer que le move!plx® réduit le renouvellement du tissu musculaire suite à l’entrainement accompli par les participants.

concentration-AST-plasma

concentration-Mb-plasma

Pour conclure, move!plx® semble réduire significativement les marqueurs des dommages musculaires dus à la pratique intensive du sport.

move!plx®, sommeil, stress et humeur

Aloysia Citriodoria Palau contient des phénylpropanoïdes et des flavonoïdes. Ces effets antioxydants et anti-inflammatoires ont été mis en évidence par différents études dans la littérature notamment dans les études réalisées sur le PLX.

Des effets neuro-protecteurs de la verveine citronnelle et  des verbascosides ont également été étudié et montré sur des modèles animaux.  Le stress oxydant pouvant être corrélé à des troubles comportementaux tels que l’anxiété ou la dépression, la verveine citronnelle aurait un effet bénéfique sur le sommeil et l’anxiété. (Ravazi et al. 2016)

Dans la Pharmacopée Européenne, les feuilles de verveine odorante sont décrites comme traditionnellement utilisées dans le traitement symptomatique des états neurotoniques, c’est-à-dire, des anomalies du fonctionnement du système nerveux comportant notamment des symptômes de nervosité. Elle la recommande également en cas de troubles mineurs du sommeil.

femme-detendue

1. Etude sur modèle animal : verveine citronnelle et réduction de l'anxiété

L’étude de Ravazi et al. publiée en 2017 est une étude sur modèle animal ayant pour objectif d’évaluer l’effet myorelaxant et sur l’anxiété de la verveine citronnelle et des verbascosides sur 66 souris en comparaison avec du diazepam, anti-anxiolytique anti-hypnotique .

Les souris sont divisées en 11 groupes :

– groupe 1 : contrôle qui recoit 10mL/L de régime salin

– groupe 2 : contrôle positif qui reçoit du diazepam (2 mg/kg) médicament de la famille des benzodiazépines  utilisé pour ses propriétés anxiolytiques et hypnotique. Il possède également des propriétés myorelaxantes.

– groupes 3, 4, 5 : recevant des extraits éthanoliques de verveine citronnelle de 50, 100 et 200 mg/kg respectivement

– groupes 6,7,8 : recevant des extraits aqueux de verveine citronnelle de 50, 100 et 200 mg/kg respectivement

– groupes 9, 10, 11 : recevant des verbascosides de 25 , 50, 100 mg/kg.

Différents tests comportementaux sont réalisés chez les rongeurs. Parmis ces tests, le Elevated Plus-maze ou test du labyrinthe en croix surélevée est mise en place. Un bras de la croix est entouré de murs et le second bras est ouvert.

Il s’agit d’un test basé sur l’aversion des rongeurs pour les espaces ouverts. L’augmentation du temps passé dans les espaces ouverts ainsi que l’augmentation du nombre de passages dans les espaces ouverts sont des indicateurs de la diminution de l’anxiété.

La souris est placée au centre de la croix et son comportement est enregistré pendant 5 minutes. La souris reçoit la supplémentation selon son groupe 30 minutes avant le début du test.

Dans les groupes recevant un extrait éthanolique de 200 mg/kg (p< 0.001) et un extrait aqueux de 100 et 200 mg/kg (p<0.05 et p< 0.001 respectivement) et des verbascosides ( 100 mg./kg, p< 0.001) , une augmentation significative du nombre d’entrées dans les bras ouverts en comparaison au groupe contrôle 1 a été observé. Des résultats significatifs sont aussi observés pour le temps passé dans les bras dans les groupes recevant un extrait éthanolique et aqueux de 200 mg/kg. De même, le groupe contrôle positif, augmente significativement ces deux indicateurs. Des résultats positifs sont également obtenus avec l’Open field test autre test comportemental de l’évaluation de l’anxiété.

L’extrait de verveine aqueux ou alcoolique a donc un effet significatif sur la réduction de l’anxiété chez les souris.

Ensuite, un test Rotarod est réalisé, test standard pour la coordination motrice, l’équilibre et la fatigue des rongeurs. Il constitue une solution pour étudier les lésions du système nerveux central (SNC) ou les effets de différentes substances sur l’activité motrice et la résistance à la fatigue. C’est un test de performance où les rongeurs essaient naturellement de rester sur le cylindre rotatif  et d’éviter de tomber au sol). Le temps où l’animal réussit à rester en équilibre sur le cylindre  est mesuré. Lorsque l’animal tombe, dans son propre couloir, le temps de chute (en minutes et secondes) et la vitesse de rotation sont automatiquement enregistrés.

La supplémentation des rongeurs avec l’extrait aqueux aux 3 doses, l’extrait éthanolique à 200mg/kg et les verbascosides aux doses 50 et 100 mg/kg  ont diminué significativement l’équilibre 30 minutes après la prise.L’extrait aqueux permet également la diminution de la coordination moteur.

La supplémentation en extraits de verveine et verbascosides semblerait donc avoir un effet myorelaxant chez les souris.

Ces résultats sont en faveur d’un effet bénéfique de la verveine citronnée sur la relaxation.

2. Etude clinique sur le move!plx® : amélioration du sommeil et de l'humeur

Pour évaluer l’effet du move!plx® sur la récupération sportive, il est bien entendu nécessaire de mesurer les paramètres biochimiques mais il est aussi très intéressant de prendre en compte les paramètres psychologiques afin d’avoir une image complète de l’état physique et mental des sportifs consommant le move!plx® par rapport à un groupe contrôle.

L’effet du move!plx® sur l’humeur et le sommeil a donc été évalué dans la troisième étude, présenté précédemment d’Alejandro Martinez-Rodriguez et al. (2015).

Le questionnaire POMS (Profile of Mood States) administré cette étude évalue l’état émotionnel des participants à travers les réponses apportées à 7 à 15 questions dans six sous-échelles de l’anxiété, de la dépression, de la colère, de la vigueur, de la fatigue et de la confusion. Il a été administré à la fin de chacune des trois semaines de l’étude.

Un second questionnaire de 5 questions sur la durée et la qualité du sommeil était administré tous les matins au réveil des volontaires. Les douleurs ont aussi été enregistrées par les participants.

Le questionnaire concernant le sommeil a pu montrer que les volontaires du groupe supplémenté en move!plx® ont dormi significativement plus longtemps (p<0,05, 20 minutes en moyenne) que les volontaires du groupe contrôle. Pareillement, le nombre de nuits durant lesquelles les volontaires subissent au moins un réveil était significativement plus élevé dans le groupe contrôle. Enfin, les douleurs musculaires au réveil étaient légèrement mais significativement plus fortes dans le groupe contrôle que dans le groupe supplémenté en move!plx®. Il apparaît donc que le groupe supplémenté se réveille plus reposé que le groupe contrôle.

duree-sommeil

nb-nuits-interrompues
douleurs-musculaires

Même si le score total du questionnaire POMS n’affichait pas de différence significative entre les deux groupes, trois « sous-échelles » du questionnaire ont présenté des résultats significativement différents et meilleurs dans le groupe supplémenté en move!plx®. Il s’agit des « sous-échelles » anxiété, colère et fatigue.

Les résultats sont présentés ci-dessous.

POMP-anxiete

POMP-colere
POMP-fatigue

En résumé, il est permis de supposer qu’une réduction de l’inflammation (réduction de l’activité de la MPO) accompagnée d’une réduction de la douleur musculaire conduisent les volontaires du groupe supplémenté par le move!plx® à des sensations plus positives et de meilleurs scores au POMS que le groupe contrôle.

En conclusion, move!plx® a des effets bénéfices sur l’humeur, le sommeil et l’anxiété et notamment chez les sportifs. Il semblerait que le move!plx® contribue à la réduction du stress oxydant, dommages musculaires et de l’inflammation qui elle-même réduit les douleurs musculaires et donc améliore le sommeil et l’humeur des sportifs.

PLX et articulations

Réduction des douleurs et amélioration de la mobilité articulaire

La quatrième étude clinique réalisée avec move!plx® traite de la mobilité articulaire. (Cartula et al, 2011).

L’étude est contrôlée, randomisée et en double aveugle et est réalisée avec un mélange de move!plx® et d’oméga 3. Le nombre de participants est de 12 dans le groupe Placebo (22 initialement) et de 19 participants dans le groupe move!plx® (23 initialement). La dose administrée est de 230mg de move!plx® à 14% et 83,25 mg EPA/DHA (10/8) pendant cinq semaines puis la dose est divisée par deux pendant 4 semaines. Les participants doivent remplir les questionnaires WOMAC et Lequesne au début de l’étude puis chaque semaine.

Le WOMAC (Western Ontario MacMaster) est un index validé dans l’évaluation d’une arthrose des membres inférieurs qui prend la forme suivante:

WOMAC-evaluation-arthrose
WOMAC-evaluation-arthrose2

Le questionnaire Lequesne est aussi appelé Indice algofonctionnel de Lequesne (1987) et permet d’évaluer une arthrose de la hanche et du genou.

Lequesne-evaluation-arthrose

Les figures A et B présentent les scores du WOMAC de douleur/rigidité et fonction. Les carrés noirs représentent le groupe supplémenté et les ronds blancs ; le groupe contrôle. Au cours des 9 semaines,il y a une diminution de plus en plus significative des scores du groupe supplémenté par rapport au groupe contrôle ( * p<0,05 **p<0,01 ***p<0,001 ).

scores-WOMAC

La figure ci-dessous présente l’évolution sur 9 semaines de l’indice Lequesne, la tendance est la même. Une diminution de plus en plus significative au sein du groupe supplémenté par rapport au groupe contrôle est notable. (Analyse statistique * p<0,05 **p<0,01).

indice-Lequesne

En conclusion, nous observons une réduction très significative des douleurs et une amélioration concomitante de la mobilité des articulations.

Au vue de la longueur de l’étude (9 semaines), cet effet pourrait expliquer l’abandon de nombreux volontaires du groupe placebo qui n’ont ressenti aucun bénéfice.

Sources des études citées:

  • Première étude: Carrera-Quintanar L., Funes L., Viudes E., et al.,Antioxidant effect of lemon verbena extracts in lymphocytes of university students performing aerobic training program”. Scand. J Med. Sci. Sports. 2012; 22 (4):454-61, 2010.
  • Deuxième étude: Funes L., Carrera-Quintanar L., Cerdan-Calero M. et al. “Effect of lemon verbena supplementation on muscular damage markers, proinflammatory cytokines release and neutrophils’ oxidative stress in chronic exercise”. Eur. J. Appl. Physiol. 2011; 111(4):695-705, 2010.
  • Troisième étude: Martinez-Rodriguez A., Moya M., Vicente-Salar N. et al. “Biochemical and psychological changes in university students performing aerobic exercise and consuming lemon verbena extracts”. Current Topics in Nutraceutical Research., 2015.
  • Quatrième étude: Caturla N., Funes L., Pérez-Fons L. et al. “A randomized, double-blinded, placebo-controlled study of the effect of a combination of lemon verbena extract and fish oil omega-3 fatty acid on joint management”. J. Altern. Complement. Med.2011; 17 (11):1051-63, 2011.
  • Autre étude : Razavi BM, Zargarani N, Hosseinzadeh H. Anti-anxiety and hypnotic effects of ethanolic and aqueous extracts
    of Lippia citriodora leaves and verbascoside in mice. Avicenna J Phytomed, 2017; 7 (4): 353-365.

Information sur la réglementation

move!plx® est un extrait aqueux de la Verveine odorante ou Aloysia citriodora Palau qui figure dans l’Annexe I de l’Arrêté « Plantes » (Arrêté du 24 Juin 2014). move!plx® est donc autorisé dans les compléments alimentaires.

L’Aloysia citriodora Palau figure dans le « Novel Food Catalogue » sous les noms de Lippia triphylla ou Lippia Citriodora et est autorisée dans les aliments et boissons.

 

Propriétés technologiques et formulation

move!plx® se présente sous forme d’une poudre brune soluble dans l’eau et bénéficie d’une DLUO de deux ans dans son conditionnement original.

La dose recommandée pour bénéficier des effets du move!plx® sur la récupération sportive est de 400 mg de move!plx® titré à 30% ou 1200 mg de move!plx® titré à 10%.

labo PLX

Allégations nutritionnelles et de santé

Les allégations utilisables pour le move!plx® sont uniquement « les allégations Plantes en attente » qui traitent de la verveine odorante.

Deux allégations sont notamment en attente sur le bien être physique et les articulations et  l’effet relaxant du move!plx®.

 

allegations verveine

Webinar

Laissez-nous vos coordonnées pour accéder au replay du webinar sur le move!plx® :

Je souhaite être informé des nouveautés d'Elementa