Elementa – Protéines végétales bio

Elementa – Protéines végétales bio

Nutrition infantile, sportive et vegan

Elementa vous présente sa gamme de protéines 100% d’origine végétale aux caractéristiques nutritionnelles intéressantes et variées :

  • Isolat de protéines de riz,
  • Isolat et concentré de protéines de pois jaune,
  • Concentré de protéines de courge toastée,
  • Concentré de protéines de féverole,

Composées de 50 à plus de 90 % de protéines sur matière sèche, elles sont naturellement sans gluten et sans OGM. D’origines européennes, elles sont disponibles avec la certification biologique.

Les protéines végétales permettent de répondre aux besoins de l’homme en protéines, en alternative aux protéines animales et au soja afin de s’adapter aux régimes végans, végétariens ou particuliers (allergies, intolérances).

Elementa propose une large gamme de protéines végétales bio provenant de différentes sources d’intérêt :

  1. Protéines de riz bio
  2. Protéines de pois bio
  3. Protéines de courge bio
  4. Protéines de féverole bio
logo - feuille perlée - Elementa

1. Protéines de riz bio

Les isolats de protéines de riz certifiés bio de la gamme contiennent plus de 80 % de protéines sur matière sèche. Ils sont issus de l’espèce Oryza sativa.

Ces ingrédients sont d’origine européenne, certifiés Kasher et Halal, garantis sans OGM et hypoallergéniques.

Les protéines de riz sont très intéressantes pour leur profil en acides aminés se rapprochant de celui du lait.Les protéines de riz sont de fines poudres de couleur blanche crème au léger goût et à l’odeur de céréales.

Elles sont destinées aux produits hyper-protéinés pour sportifs, pour le contrôle du poids, et pour la nutrition infantile.

2. Protéines de pois bio

Elementa propose également des isolats et concentrés de protéines de pois jaune de l’espèce Pisum sativum. Ils possèdent respectivement plus de 80 % et 55 %de protéines sur matière sèche.

D’origine européenne, et disponibles avec la certification biologique, nos protéines sont certifiées Kasher et Halal, garanties sans OGM et hypoallergénique.

Les protéines de pois sont des poudres fines de couleur beige à l’odeur et au goût neutre tirant vers le végétal et les fruits à coques.Les concentrés sont disponibles sous forme granulée.

Intéressantes pour leur profil équilibré en acides aminés, riche en lysine et glutamine, elles sont aussi reconnues pour leurs propriétés technologiques.Les protéines de pois sont utilisées dans de nombreuses formulations telles que les boissons, les barres protéinées, pour la nutrition sportive, et végan.  

Yellow peas background. The view of the top.

3. Protéines de courge bio

Le concentré de protéines de courges toastées certifié biologique est issu de graines cultivées et transformées en Europe de l’espèce Curcurbita pepo.
Il contient plus de 60% de protéines sur matière sèche, et est garanti sans OGM et sans Gluten.  
Ils se présentent sous la forme d’une poudre fine de couleur verte peu intense, à l’odeur végétale et au goût d’amande grillée. Ils possèdent un profil complet en acides aminés, et contiennent des minéraux tels que le zinc, le phosphore et le magnésium. Les protéines de courges sont idéales pour les produits de nutrition sportive, tels que les shakers, barres énergétiques, ou les produits diététiques.
Graines de courge

4. Protéines de féverole bio

Les protéines de féverole, de l’espèce Vicia faba, sont cultivées et transformées en Europe. Elles se présentent sous forme d’un concentré certifié biologique de plus de 60 % de protéines sur matière sèche. Les protéines de féverole sont disponibles sous forme granulée.
Sans OGM et sans gluten, les protéines de fèves se présentent sous l’aspect d’une poudre fine de couleur crème, à l’odeur et au goût végétal.
Ses propriétés nutritionnelles sont intéressantes pour son taux en Lysine, ainsi que celui en fibres. Elles sont idéales dans la formulation de produits pour sportifs et végan, tels que les barres protéinées, les boissons et shakers.
raw broad beans as background

Les propriétés nutritionnelles des protéines végétales s’adaptent parfaitement aux végans, végétariens et végétaliens, mais aussi aux personnes intolérantes au lactose ou au gluten. Elles constituent une alternative idéale aux protéines animales.

Les protéines jouent un rôle structural important pour l’organisme humain. Elles participent au renouvellement des tissus musculaires, des phanères (cheveux, ongles et poils) de la matrice osseuse et de la peau. Elles participent à différents processus physiologiques, sous la forme d’enzymes digestives, d’hémoglobine, d’hormones, de récepteurs ou d’immunoglobulines. (ANSES, 2019)

Les protéines végétales sont source d’éléments essentiels nutritifs. Elles contiennent des composés intéressants comme les minéraux (fer, zinc, magnésium), les fibres, les acides gras (oméga 3 et 9) et vitamines.

Propriétés nutritionnelles intéressantes

Les protéines végétales permettent de couvrir les besoins de l’homme en protéines, et aussi les besoins en acides aminés indispensables. Lysine, isoleucine, leucine, valine, cystéine, méthionine, thréonine, phénylalanine, tryptophane sont les neufs acides aminés essentiels ou indispensables, autrement dit ils ne peuvent pas être synthétisés en quantités suffisantes par l’organisme. Ils doivent donc être apportés par l’alimentation pour répondre aux besoins.

Selon les sources de protéines, la teneur en protéines, la qualité des protéines, et la disponibilité des acides aminés diffèrent. Elementa a sélectionné différentes sources de protéines végétales qui ont des intérêts particuliers.

 

  1. Les céréales
  2. Les protéagineux
  3. Les oléagineux

Les céréales

Les céréales sont reconnues comme source d’acides aminés essentiels soufrés (méthionine et cystine), qui interviennent dans la synthèse de la créatine. Cependant, elles sont majoritairement pauvres en lysine.

Les protéines de riz ont un profil en acides aminés proche des protéines du lait. Elles sont riches en glutamine, en arginine, et présentent aussi une quantité non négligeable en acides aminés à chaine ramifiée (BCAA). Les BCAA sont la leucine, l’isoleucine et la valine, ils seraient fortement impliqués lors de l’effort musculaire selon la littérature scientifique. L’arginine serait impliquée dans de nombreux processus métaboliques, comme ceux de la contraction musculaire. La leucine préviendrait, quant à elle, le catabolisme musculaire, et joue un rôle dans la synthèse des stérols. La glutamine fournirait de l’énergie aux cellules et régulerait l’activité du système immunitaire.

Proteines de riz

Les protéagineux

Les protéagineux, les protéines de pois et de féverole, sont issus de graines de légumineuses, elles sont source de lysine, elles possèdent cependant des teneurs limitantes en acides aminés soufrés (méthionine, cystéine).

Le profil des protéines de pois est très intéressant au vu de son profil équilibré en acides aminés, riche en leucine et en arginine qui interviennent pour la contraction musculaire. Elles possèdent une faible activité antitrypsique, facteur antinutritionnel. Elle possède une bonne digestibilité (proche de 96%).

Les protéines de féverole sont, de plus, source de tyrosine qui est un précurseur de la mélanine, dopamine, noradrénaline et des hormones de la glande thyroïde.

Proteagineux

Les oléagineux

Les oléagineux ont un profil équilibré en acides aminés indispensables. Ils sont source de minéraux et de vitamines.

La protéine de courge est particulièrement complète. Elle possède une quantité intéressante en BCAA et arginine et histidine, ainsi  qu'en minéraux comme le fer.

Les différentes sources de protéines de céréales, légumineuses et oléagineuses ont des teneurs en protéines et des qualités nutritionnelles très diverses. C’est pourquoi la combinaison de plusieurs sources permet d’obtenir des profils plus équilibrés en acides aminés et une meilleure qualité nutritionnelle : c’est le principe de complémentarité. On peut citer, par exemple, la complémentarité des légumineuses avec les céréales. C’est une association bien connue pour pallier le manque de lysine des légumineuses par celles contenues dans les céréales.

Parmi notre offre, il peut donc être intéressant d’associer dans des mélanges de protéines par exemple l’isolat de protéines riz à l’isolat de protéines pois, ou bien avec le concentré de pois. Les combinaisons sont multiples.

Les bénéfices sur la santé

La littérature scientifique expose différents bénéfices des protéines, et notamment des études démontrent l’impact positif des protéines végétales. Les protéines végétales auraient de nombreux bénéfices, notamment sur la santé ; l’amélioration du sommeil, de la santé cardiovasculaire, la gestion du poids ou bien du système immunitaire.

Maintien et croissance musculaire

L’apport d’acides aminés essentiels par des protéines végétales permettrait de favoriser le maintien et la croissance musculaire. Selon la revue de Shimonura et al.(2006) , les BCAA : Branched-chain amino acids ,  sont des acides aminés essentiels ramifiés catabolisés dans les muscles squelettiques. La supplémentation de ces BCAA,  avant ou après un entrainement, permettrait d’augmenter la masse musculaire et de limiter la dégradation des protéines musculaires de par ses propriétés anti-cataboliques.

Maintien et croissance musculaire

Maintien de la masse et de la force des os

Le type et la quantité de protéines consommées dans l’alimentation ont un impact significatif sur la masse et la force osseuse. Des chercheurs du département de physiologie de l’université de Grenade, Nebot et al. (2014), ont démontré dans leurs études l’intérêt d’un régime protéiné pour la santé osseuse. En effet, un régime hyperprotéiné améliorerait les propriétés osseuses chez le rat. Une autre étude, parue dans une revue médicale américaine de nutrition clinique en 2008,  indique que les régimes riches en protéines permettraient d’accroitre la masse osseuse et de diminuer le nombre de fractures lorsqu’un apport en  calcium est suffisant. De plus, l’étude communique sur le rôle important des protéines dans la santé des os, pour la prévention de l’ostéoporose et de la sarcopénie.

Maintien force des os

Effet sur la satiété

La satiété qui est l’état de « non faim » entre les repas est accrue après la consommation d’un repas riche en protéines. Dans l’étude réalisée par l’INSERM 2012, les scientifiques sont parvenus à décrire précisément comment la digestion des protéines provoque une double boucle de réactions en chaîne impliquant le système nerveux. Dans un premier temps, la présence d’oligopeptides issus de la digestion des protéines, impacte les récepteurs nerveux, envoyant un signal au cerveau, qui dans un second temps déclenche la néoglucogenèse au niveau de l’intestin.  L’augmentation de la concentration en glucose délivre un signal nerveux au cerveau, plus précisément l’hypothalamus, qui est caractéristique des effets de satiété.

Les protéines sont généralement utilisées dans les régimes hyperprotéinés pour la perte de poids, et leurs effets sur la satiété sont avérés. Une étude réalisée par Marlene et al. en 2016, montre que l’apport en protéines végétales (haricots et pois) influence favorablement les sensations d’appétit par rapport aux protéines animales (porc et veau) à apport calorique et protéique équivalent.

Westerterp et al. (2012) démontrent, en parallèle, que les protéines alimentaires contribueraient à lutter contre l’obésité et du syndrome métabolique, elles agiraient sur le processus de satiété et sur les dépenses énergétiques.

Effet sur la satiété

ANSES – Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail, les protéines [en ligne], https://www.anses.fr/fr/content/les-proteines (consulté 11.21.19).

CREVIEU-GABRIEL, Digestion des protéines végétales chez les monogastriques. Exemple des protéines de pois, INRA Prod. Anim., 1999, 12 (2), 147-161 I.

Gorissen, S., &Witard, O. Characterising the muscle anabolic potential of dairy, meat and plant-based protein sources in older adults. Proceedings of the Nutrition Society, 77(1), 20-31.

INSERM, L’effet « coupe-faim » des protéines élucidé [en ligne].https://presse.inserm.fr/leffet-coupe-faim-des-proteines-elucide/1219/ (consulté le 10.11.2019)

Marlene D. Kristensen, Nathalie T. Bendsen, Sheena M. Christensen, Arne Astrup& Anne Raben Meals based on vegetable protein sources (beans and peas) are more satiating than meals based on animal protein sources (veal and pork) – a randomized cross-over meal test study, Food & Nutrition research (2016)

Nebot E, Erben RG, Porres JM, Femia P, Camiletti-Moirón D, Aranda P, López-Jurado M, Aparicio VA. Effects of the amount and source of dietary protein on bone status in rats. Food Funct. (2014)

Norton, L.E., Wilson, G.J., Layman, D.K. et al. Leucine content of dietary proteins is a determinant of postprandial skeletal muscle protein synthesis in adult rats. NutrMetab (Lond) 9, 67 (2012)

Robert P Heaney, Donald K Layman, Amount and type of protein influences bone health, The American Journal of Clinical Nutrition, Volume 87, Issue 5, , Pages 1567S–1570S (2008)

Shimomura Y1, Yamamoto Y, Bajotto G, Sato J, Murakami T, Shimomura N, Kobayashi H, Mawatari K., Nutraceutical effects of branched-chain amino acids on skeletal muscle. . J Nutr. (2006)

Westerterp-Plantenga MS, Lemmens SG, Westerterp KR. Dietary protein – its role in satiety, energetics, weight loss and health. Br J Nutr. (2012)

Les protéines végétales alimentaires sont présentes en quantité significative dans les produits céréaliers, légumineuses, oléagineuses, graines et algues.

La  gamme de protéines d’Elementa sont des ingrédients alimentaires concentrés en protéines.

Au niveau réglementaire, le Codex alimentarius définit ces ingrédients comme des MPV : « matières protéiques végétales ». Ce sont des « produits alimentaires obtenus à partir d’oléagineux, de légumineuses ou de céréales par réduction ou élimination de certains des principaux constituants non protéiques (eau, huile, amidon, autres glucides), de manière à obtenir une teneur protéique (N x 6,25) de 40 % ou plus. La teneur protéique est calculée sur la base du poids sec à l’exclusion des vitamines, sels minéraux, acides aminés et additifs alimentaires. » (CODEX ALIMENTARUS 1989).

Le Codex Alimentarius FAO/OMS régit les normes alimentaires, les lignes directrices et les codes d’usage internationaux. Selon la norme générale, la teneur en protéines doit être supérieure ou égale à 40 % (sur l’extrait sec) pour que le produit ait droit à l’appellation MPV. (NORME GÉNÉRALE POUR LES MATIÈRES PROTÉIQUES VÉGÉTALES (MPV) CXS 174-1989 Adoptée en 1989. Amendée en 2019.)

Le Codex Alimentarius présente, de plus, des directives générales pour l’utilisation des matières protéiques végétales dans les aliments (DIRECTIVES GÉNÉRALES POUR L’UTILISATION DES MATIÈRES PROTÉIQUES VÉGÉTALES (MPV) DANS LES ALIMENTS CAC/GL 4-1989) qui définit leurs conditions d’appellation, les règles d’étiquetage et d’utilisation dans l’alimentation humaine.

Les protéines végétales peuvent être incorporées dans des formules comme ingrédients nutritionnels pour un enrichissement protéique. Différents procédés de fabrication permettent d’augmenter la concentration en protéines en comparaison à l’ingrédient brut. Ils permettent aussi d’améliorer les propriétés technologiques, par exemple, leur solubilité, en plus de diminuer les impacts des potentiels inhibiteurs antinutritionnels ce qui, par conséquent, augmente leur digestibilité.

Les protéines peuvent aussi être utilisées comme ingrédient fonctionnel. En effet, les protéines végétales ont, selon leur source, des propriétés fonctionnelles très intéressantes pour la formulation de produits. Elles sont exploitées pour leur pouvoir liant, gélifiant, émulsifiant, pour leur capacité de rétention de l’eau, et leurs propriétés filmogènes (AFFSA, 2007).

Notre gamme comprend différents types de protéines végétales adaptées à vos besoins de formulation :

Protéines végétales

Les isolats

Les isolats de riz et de pois proposés dans notre gamme sont obtenus par extraction de l’amidon grâce à une extraction en phase aqueuse, suivie d’un procédé de précipitation, de séparation et de séchage.

Le plus souvent, la séparation des protéines est réalisée à partir d’une farine délipidée ou simple.

L’extraction des protéines est possible par précipitation acide ou ultrafiltration, qui aboutit à la séparation du concentré protéique des glucides et coproduits insolubles. Après concentration et séchage, ce procédé permet d’obtenir une poudre d’une teneur haute en protéines pouvant aller jusqu’à 95% sur la matière sèche.

Applications : 

Les isolats conviennent à une multitude de formulations, destinés à la nutrition sportive, diététique ou infantile. Ils apportent un apport protéique de choix, et sont utilisés dans l’élaboration de recettes de produits diététiques tels que les barres protéinées, et les substituts de repas.

Isolat de protéines de riz bio :

  • Poudre fine de couleur blanc crème 
  • Goût neutre avec une saveur dominante de céréales,
  • Idéal pour les boissons de nutrition infantile et de nutrition sportive,
  • Autres applications : barres protéinées, crème glacée, produits boulangers.

Isolat de protéines de pois bio :

  • Poudre fine de couleur beige,
  • Goût neutre à la saveur de céréales aux notes végétales et de fruits à coques,
  • Bonne solubilité : idéal pour les boissons pour la nutrition infantile, nutrition sportive,
  • Autres applications : barres protéinées, crème glacée, produits boulangers.

Les concentrés

Les concentrés de protéines végétales sont fabriqués différemment selon leur source, et la teneur en amidon de la graine. La plupart de nos concentrés sont obtenus grâce à un procédé de concentration par séparation mécanique qui sépare l’amidon principalement (grosses particules) des protéines (particules fines).  Il n’y a pas d’extraction chimique ni usage de solvants.

Les concentrés de protéine de courge, de chanvre, de tournesol et de quinoa sont idéals dans la formulation de barres protéinées et produits de nutrition sportive.
Ils peuvent être intéressants pour des mélanges de poudres de protéines végétales à saupoudrer, pour des boissons de type smoothies, mais aussi à incorporer dans les recettes de vos préparations panifiées, plats diététiques, produits tartinables ou à « dipper ».

Concentré de protéines de courge toasté :

  • Poudre de couleur vert pâle, odeur végétale,
  • Goût prédominant d’amande grillée,
  • Idéal dans la formulation de barres protéinées et boissons de nutrition sportive : shaker et smoothies.

Concentré de protéines de pois jaune :

  • Poudre de couleur jaune,
  • Goût typique du pois,
  • Idéal dans les formulations de snacks, produits de boulangeries ou pâtisseries, produits tartinables.
  • Agis comme un stabilisant et améliore la consistance : viscosité et texture lisse,
  • Bonne propriété émulsifiante : substitut d’œuf approprié pour les alternatives végan.

Concentré de protéines de féverole :

  • Poudre fine de couleur blanc crème, à l’odeur et au goût végétal,
  • Idéals dans les formulations de snacks, barres protéinés, produits de boulangeries ou pâtisseries, produits tartinables,
  • Agis comme un stabilisant et améliore la consistance, viscosité et texture lisse,
  • Bonne propriété émulsifiante : substitut d’œuf approprié pour les alternatives végan.

Source : AFFSA, Apport en protéines : consommation, qualité, besoins et recommandations » 2007

Plusieurs allégations peuvent être utilisées en lien avec les protéines :

  • « les protéines contribuent à augmenter la masse musculaire »
  • « les protéines contribuent au maintien de la masse musculaire »
  • « les protéines contribuent au maintien d’une ossature normale »

« L’allégation ne peut être utilisée que pour une denrée alimentaire qui est au moins une source de protéines au sens de l’allégation SOURCE DE PROTEINES définie dans l’annexe du règlement (CE) n°1924/2006 » précise le règlement n°432/2012 sur les allégations santé.

un aliment est dit :

  • « Riche en protéines » : si 20 % au moins de la valeur énergétique de la denrée alimentaire sont produits par des protéines
  • « Source de protéines » : si 12 % au moins de la valeur énergétique de la denrée alimentaire sont produits par des protéines