Omegatex® - EPA et DHA ultra concentrés

Omegatex® - EPA et DHA ultra concentrés

Santé oculaire, cognitive et cardiovasculaire

Omegatex® est une gamme d’huiles d’origine marine hautement concentrées en oméga-3 docosahexaénoïque (DHA) et eicosapentaénoïque (EPA), dont les teneurs atteignent respectivement jusqu’à 80% et 90%.

Son procédé unique de fabrication permet d’atteindre des concentrations exceptionnelles en oméga-3 en séparant totalement l’EPA du DHA.

Elles se déclinent en deux sous-gammes :

  • Omegatex® fish, un ingrédient inodore hautement concentré en EPA et en DHA, fabriqué à partir d’huile de poisson.
  • Omegatex® algae, un ingrédient issu de l’espèce de microalgue Schizochytrium sp., hautement concentré en DHA et adapté aux végans.

La gamme Omegatex® comprend de nombreuses références d’huiles naturelles, stables, non OGM et sans allergènes, hautement concentrées en oméga-3 EPA et DHA d’origine animale (Omegatex® fish) et végétale (Omegatex® algae).

Omegatex® fish

Au sein de la gamme Omegatex®, nous proposons des huiles purifiées et hautement concentrées issues de différentes huiles semi-raffinées de poissons telles que celles d’anchois, sardines, maquereaux ou thons.

Ces huiles sont obtenues grâce à la combinaison de plusieurs technologies performantes utilisées à différentes températures, telles que l’extraction par CO2 super-critique à basse température ou la technologie verte brevetée CLEANTEX®Leur teneur en oméga-3 s’élève jusqu’à 850 mg d’EPA/g d’huile et 760 mg de DHA/g d’huile sous forme triglycérides (TG) mais peut également atteindre 900 mg d’EPA/g d’huile et 800 mg de DHA/g d’huile sous forme ester d’éthyle (EE).

Plusieurs références de la gamme Omegatex® fish sont proposées par Elementa.

Selon l’espèce de poisson, la teneur en acide gras oméga-3 dans les huiles est amenée à varier. Par exemple, on retrouve jusqu’à 18% d’EPA et 12% de DHA chez la sardine et l'anchois alors que le thon permet généralement d’obtenir des huiles contenant 5% d’EPA et 25% de DHA.

Omegatex® algae

Les huiles de la gamme Omegatex® algae sont clean label et issues à 100% de Algues-solutex-300x225.jpg l‘espèce de microalgue Schizochytrium sp. d’origine européenne. Elles sont disponibles avec une concentration en DHA pouvant atteindre  750 mg/g sous forme triglycérides (TG). La gamme comprend des références à différentes teneurs en DHA : 40%, 53%, 65%, 70% et 75%.

Au même titre que le poisson, les microalgues sont également source d’acide gras oméga-3, notamment de DHA. Schizochytrium sp. est une souche de micro-organisme unicellulaire naturellement capable de produire du DHA sans aucune modification génétique. Entièrement végétale, cette microalgue contient environ 32% de DHA et peut être utilisée pour une cible végan.

Les produits de la gamme Omegatex® sont élaborés à partir d’ingrédients sources d’oméga 3 docosahexaénoïque (DHA) et eicosapentaénoïque ( (EPA) principalement présents sous forme triglycérides (TG).

Les oméga-3 DHA et EPA sont des composants fondamentaux des membranes cellulaires et également des précurseurs de nombreux métabolites. Ces deux acides gras possèdent le même précurseur : l’acide alpha-linolénique (ALA). Cependant, leur biosynthèse est limitée, c’est pourquoi les acides gras poly-insaturés de type oméga-3 tels que le DHA et l’EPA doivent être apportés par l’alimentation ou sous la forme d’une supplémentation afin de subvenir aux besoins de l’organisme.

La biodisponibilité du DHA et de l’EPA est accrue de 50% sous forme triglycérides en comparaison avec la forme éthyle d’ester à base d’alcool (GISSI, 1999). En effet, les triglycérides ont la capacité de former une émulsion avec l’eau contenue dans l’estomac. Ceci rendrait alors possible l’interaction entre les enzymes solubles dans l’eau et les lipides insolubles, engageant ainsi le processus de digestion (Armand et al., 1996).

Bénéfices nutritionnels

Au cours du temps, notre alimentation a peu à peu évolué vers des régimes alimentaires devenus aujourd’hui riches en graisses saturées et pauvres en acides gras polyinsaturés tels que les oméga-3. Selon un rapport de l’ANSES datant de 2015, la tranche 18-34 ans de la population Française aurait un déficit de plus de 90% pour les apports cumulés en EPA et DHA. Ce déficit serait comparable chez les enfants de 3 à 9 ans (89%) mais pourrait atteindre les 96% chez les 10-17 ans en comparaison aux apports nutritionnels conseillés (ANC).

Afin de répondre aux besoins physiologiques minimaux de l’organisme et pour éviter toute carence alimentaire, une dose de 250 mg/jour de DHA et d’EPA est préconisée (ANSES, 2015). Cependant, une consommation journalière de 1 g d’oméga-3 DHA et EPA est plus adaptée afin de bénéficier des vertus qui leur sont propres. La limite d’apport maximal en DHA et EPA est fixée par l’EFSA à 4 g/jour.

 

Bénéfices santé

A l’instar de leur précurseur l’acide α-linolénique (ALA), les oméga-3 EPA et DHA (tels que ceux de la gamme Omegatex®) sont reconnus par un grand nombre d’études comme possédant des effets bénéfiques sur :

 


 

Santé oculaire

Le DHA est un nutriment important pour le développement et le fonctionnement rétinien. Il interviendrait notamment dans la fonction de la rhodopsine, un récepteur et photo-pigment situé dans les cellules de la rétine permettant de distinguer les conditions différentes d’éclairages par un mécanisme de changement de conformation (GOED, 2020).

Selon le rapport d’étude n°20 de l’AREDS 2*, les oméga-3 seraient associés au ralentissement de la progression de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). La DMLA est une maladie caractérisée par une perte progressive du champ de vision centrale, due à la dégradation d’une partie de la rétine appelée macula (INSERM, 2020). Elle constitue la principale cause de cécité chez les plus de 50 ans. Ainsi, il existerait un lien entre d’un côté les apports en oméga 3, de l’autre la baisse de vision, les dommages de la rétine ainsi que les maladies oculaires telles que la DMLA.

Deux études ont démontré l’effet bénéfique d’un apport en DHA quant à l’apparition de la DMLA. Parmi celles-ci, l’étude NATD2 (randomisée, contrôlée par placebo, en double-aveugle, 300 personnes, supplémentation : 840mg/jour de DHA et 270mg/jour d’EPA) a notamment démontré une réduction de 68% des risques de développement d’une DMLA de type néo-vasculaire (Georgiou et al., 2015 ; Souied et al., 2015). Parallèlement, la supplémentation en oméga-3 réduirait la progression de la maladie en diminuant l’atteinte néo-vasculaire des yeux (Sangiovanni et al., 2007).

Une méta-analyse de 17 études cliniques randomisées a montré que les oméga-3 EPA et DHA permettaient d’atténuer les symptômes du syndrome de la sécheresse oculaire ou SSO (Giannaccare et al., 2019), Une autre étude a montré que l’apport d’huiles riches en oméga-3 diminuait les symptômes chez les personnes atteintes de SSO, avec notamment une régulation de l’osmolarité et une augmentation de la stabilité des larmes (Deinema et al., 2017).

Les huiles de la gamme Omegatex® purifiées en DHA peuvent ainsi être utilisées pour préserver la santé oculaire et prévenir l’apparition de maladies telles que la DMLA.


*Age-Related Eye Disease Study: études d’intervention américaines reconnues par la communauté des médecins et chercheurs en ophtalmologie.

Santé prénatale et infantile

bébé et ferLes acides gras oméga-3 sont nécessaires au développement et au fonctionnement rétinien, cérébral et nerveux. C’est pourquoi chez la femme enceinte ou allaitante et chez l’enfant, des apports suffisants en oméga-3 sont essentiels. L’avis de l’ANSES en 2019 préconisait un apport en EPA et DHA de 500mg/jour pour les femmes durant la grossesse et l’allaitement.

Une revue systématique couplée à une méta-analyse d’études randomisées a montré une réduction de 58% des naissances de prématurés précoces pour les femmes ayant un apport plus élevé en DHA et en EPA (Kar et al., 2016). De plus, une seconde méta-analyse a démontré que la consommation d’oméga-3 sous forme de suppléments ou via l’alimentation par la mère augmentait le poids de l’enfant à la naissance (Middleton et al., 2018).

Les huiles de la gamme Omegatex® peuvent donc convenir dans la formulation de produits pour la santé prénatale et infantile.

Santé cognitive

Les lipides représentent plus de 50% de la composition biomoléculaire du cerveau, le DHA et EPA étant les acides gras les plus abondants. Plusieurs études contrôles ont démontré le rôle des oméga 3 dans le fonctionnement cérébral et la santé mentale chez les adultes et au cours du vieillissement. Divers symptômes ont été étudiés : la fonction cognitive et la mémoire (Dullemeijer et al., 2007 ; Freeman et al., 2006), les symptômes de la dépression (Hallahan et al., 2016) et la guérison des lésions cérébrales suite à un traumatisme (Lewis et al., 2013 ; Shober et al., 2016).

De surcroît, les résultats d’une étude observationnelle menée en 2020 sur 1315 femmes âgées de 65 à 80 ans ont montré que les acides gras oméga-3 tels que le DHA et l’EPA avaient un effet positif sur le vieillissement cérébral, défini comme la réduction du volume de la substance blanche (tissu impliqué dans la propagation des informations dans le système nerveux). Les oméga-3 DHA et EPA protégeraient également le cerveau contre les effets indésirables de la pollution atmosphérique (Chen et al. 2020).

Ainsi, les oméga-3 DHA et EPA comme ceux présents dans les huiles de la gamme Omegatex® auraient un impact positif sur la santé cognitive, et particulièrement chez les séniors.

Santé cardiovasculaire

Les décès associés aux maladies cardiovasculaires sont nombreux et seraient souvent liés à une carence en acides gras oméga-3. Les résultats de 4 essais, contrôlés et randomisés, sur plus de 4000 participants ont montré les effets bénéfiques d’une supplémentation en oméga-3, et notamment en EPA, sur les maladies cardiovasculaires pour une consommation minimum de 500 mg/jour (Lavie et al., 2005).

Selon plusieurs méta-analyses d’études contrôlées et randomisées, l’EPA et le DHA réduiraient ainsi :

  • Le risque de décès cardiaque de 8% (Maki et al., 2017), et jusqu’à 10% dans certaines études
  • Le risque de maladies coronariennes* de 0.89 (IC à 95%, 0.86-0.92) pour 100mg/jour d’EPA et de DHA (Engell, 2013)
  • La pression artérielle systolique** et diastolique***, et ce de manière significative pour une supplémentation supérieure à 2g d’EPA et de DHA (MILLER et al., 2014).

L’étude REDUCE IT (prospective, randomisée et menée en double aveugle contre placebo) a démontré que l’EPA purifié consommé à très haute dose (4g/jour) permettait de réduire de 25% le risque de décès cardiovasculaires, y compris par infarctus ou AVC, pour les personnes atteintes de maladies cardiovasculaires avérées (Bhatt et al., 2018).

Ainsi, l’EPA et le DHA retrouvés notamment dans les huiles Omegatex® peuvent être utilisés dans les formulations pour leurs effets bénéfiques sur la santé cardio-vasculaire.


* Maladies liées aux artères qui vascularisent le cœur.

** Pression maximale exercée lors de la phase de contraction du ventricule gauche

*** Pression résiduelle lors de la phase de relâchement du cœur

ANSES, 2015. Avis relatif aux « Apports en acides gras de la population vivant en France. Comparaison aux apports nutritionnels conseillés définis en 2010 » Rapport d’étude, Edition scientifique. [en ligne] https://www.anses.fr/fr/system/files/NUT2014sa0117Ra.pdf

Armand M., Borel P., Pasquier B., Dubois C., Senft M., Andre M., Peyrot J., Salducci J., Lairon D. (1996). Physiological characteristics of emulsions during fat digestion in human stomach and duodenum. The American journal of physiology. 271. G172-83. 10.1152/ajpgi.1996.271.1.G172.

Bhatt D.L., Steg P.G., Miller M. et al. (2018). on behalf of the REDUCE-IT Investigators. Cardiovascular risk reduction with icosapent ethyl in hypertriglyceridemia. N Engl J Med [Epub ahead of print].

Chen C., Xun P., Kaufman J.D., Hayden K.M., Espeland M.A., Whitsel E.A., Serre M.L., Vizuete W., Orchard T., Harris W.S., Wang X., Chui H.C., Chen J.-C., He K. (2020). Erythrocyte omega-3 index, ambient fine particle exposure and brain aging. Neurology https://doi.org/10.1212/WNL.0000000000010074

Deinema L.A., Vingrys A.J., Wong C.Y. et al. (2017). A randomized, double-masked, placebo-controlled clinical trial of two forms of omega-3 supplements for treating dry eye disease. Ophthalmology, 124:43-52 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27817918

Dullemeijer C., Durga J., Brouwer I.A. et al. (2007). n-3 fatty acid proportions in plasma and cognitive performance in older adults. Am J Clin Nutr, 86:1479-85. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17991662

Engell R.E., Sanman E., Lim S.S., Mozaffarian D. (2013). Seafood omega-3 intake and risk of coronary heart disease death: an updated meta-analysis with implications for attributable burden. The Lancet, 381, S45. https://doi.org/10.1016/S0140-6736(13)61299-4

Freeman M.P., Hibbeln J.R., Wisner K.L. et al. (2006). Omega-3 fatty acids: evidence basis for treatment and future research in psychiatry. J Clin Psychiatry, 67:1954-67.

Georgiou T., Prokopiou E. (2015). The new era of omega-3 fatty acids supplementation: therapeutic effects on dry age-related macular degeneration. J Stem Cells, 10:205-15. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27125064

Giannaccare G., Pellegrini M., Sebastiani S. et al. (2019). Efficacy of Omega-3 Fatty Acid Supplementation for Treatment of Dry Eye Disease: A Meta-Analysis of Randomized Clinical Trials. Cornea. 38:565-73. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30702470

GOED, Omega-3 Fatty Acids in Human Health Heart Health: The Role of Alpha-Linolenic, Eicosapentaenoic & Docosahexaenoic Acids. [en ligne] https://goedomega3.com/white-papers. Consulté le 01/09/2020

Grupo Italiano per la Studio della Sopravvivenza nell’Infarto miocardico (GISSI) (1999). Dietary supplementation with n-3 polyunsaturated fatty acids and vitamin E after myocardial infarction : results of the GISSI-Prevenzione trial. Lancet 354 (9177): 447-455.

Hallahan B., Ryan T., Hibbeln J.R. et al. (2016). Efficacy of omega-3 highly unsaturated fatty acids in the treatment of depression. Br J Psychiatry. 209:192-201. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27103682

Inserm – La science pour la santé. Dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) [en ligne], https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/degenerescence-maculaire-liee-age-dmla (Consulté le 18.08.20).

Kar S., Wong M., Rogozinska E., Thangaratinam S. (2016). Effects of omega-3 fatty acids in prevention of early preterm delivery: a systematic review and meta-analysis of randomized studies. European journal of obstetrics, gynecology, and reproductive biology, 198, 40–46. https://doi.org/10.1016/j.ejogrb.2015.11.033

Lavie C.J., Milani R.V., Mehra M.R., Ventura H.O. (2009). Omega-3 Polyunsaturated Fatty Acids and Cardiovascular Diseases. Journal of the American College of Cardiology, 54, 585. https://doi.org/10.1016/j.jacc.2009.02.084

Lewis M., Ghassemi P., Hibbeln J. (2013). Therapeutic use of omega-3 fatty acids in severe head trauma. Am J Emerg Med. 31:273.e5-8.

Maki K.C., Palacios O.M., Bell M., Toth P.P. (2017). Use of supplemental long-chain omega-3 fatty acids and risk for cardiac death: An updated meta-analysis and review of research gaps. Journal of Clinical Lipidology 11, 1152-1160.e2. https://doi.org/10.1016/j.jacl.2017.07.010

Middleton P., Gomersall J.C., Gould J.F., Shepherd E., Olsen S.F., Makrides M. (2018). Omega‐3 fatty acid addition during pregnancy. Cochrane Database of Systematic Reviews, Issue 11. Art. No.: CD003402. 10.1002/14651858.CD003402.pub3

Miller P.E., Van Elswyk M., Alexander D.D. (2014). Long-Chain Omega-3 Fatty Acids Eicosapentaenoic Acid and Docosahexaenoic Acid and Blood Pressure: A Meta-Analysis of Randomized Controlled Trials. Am J Hypertens, 27, 885–896. https://doi.org/10.1093/ajh/hpu024

SanGiovanni J. P., Chew E. Y., Clemons T. E., Davis M. D., Ferris F. L., 3rd, Gensler G. R., Kurinij N., Lindblad A. S., Milton R. C., Seddon J. M., Sperduto R. D. & Age-Related Eye Disease Study Research Group (2007). The relationship of dietary lipid intake and age-related macular degeneration in a case-control study: AREDS Report No. 20. Archives of ophthalmology (Chicago, Ill. : 1960), 125(5), 671–679.

Schober M.E., Requena D.F., Abdullah O.M. et al. (2016). Dietary Docosahexaenoic Acid Improves Cognitive Function, Tissue Sparing, and Magnetic Resonance Imaging Indices of Edema and White Matter Injury in the Immature Rat after Traumatic Brain Injury. J Neurotrauma. 33:390-402. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26247583

Souied E.H., Aslam T., Garcia-Layana A. et al. (2015). Omega-3 Fatty Acids and Age-Related Macular Degeneration. Ophthalmic Res. 55:62-9. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26610051

Les huiles et les poudres d’algues Omegatex® sont autorisées dans les aliments et les compléments alimentaires. L’huile d’algues de Schizochytrium sp. est référencée dans la liste des ingrédients Novel Food autorisés par le règlement (UE) 2015/2283.

Les huiles de la gamme Omegatex® sont conformes au règlement 1881/2006 en Europe fixant les teneurs maximales des contaminants dans les denrées et les compléments alimentaires.

Fabrication et propriétés technologiques

La combinaison des technologies les plus avancées de l’industrie des oméga-3 permet à Solutex de conserver l’intégrité de ses acides gras polyinsaturés EPA et DHA. L’entreprise propose ainsi à travers Omegatex® une gamme d’huiles et de poudres de haute qualité :

  • hautement concentrées en DHA et en EPA,
  • avec des ratios EPA/DHA hors des standards,
  • pures et stables,
  • sans odeur ou arrière-goût de poisson,
  • garanties sans OGM,
  • sans contaminants.

Grâce à ces caractéristiques spécifiques, Solutex se démarque de ses concurrents, en plus de répondre à l’ensemble des exigences du marché.

Pour la production de sa gamme d’acide gras oméga-3, Solutex a développé des technologies innovantes et respectueuses de l’environnement. La plateforme Flutex™ combine 4 techniques particulières présentées ci-après en association avec d’autres technologies :

Schéma-de-fabrication-2-1-1.png

Les huiles de poisson et d’algue sont d’origine contrôlée et sélectionnées par Solutex en fonction de leur richesse en oméga-3. Elles sont ensuite rigoureusement analysées au sein du laboratoire, afin d’adapter au mieux le processus de fabrication. Les huiles ont pour la plupart subi une première purification en amont et sont estérifiées puis stockées une fois arrivées sur le site de production.

  • Première séparation : La première séparation est une étape de distillation moléculaire, où les acides gras polyinsaturés (oméga 3 et 6) sont séparés des acides gras saturés et monoinsaturés.
  • Seconde séparation et décontamination: Lorsque l’étape précédente n’est pas suffisante, l’huile est soumise à une étape de précipitation sélective pour une nouvelle séparation par complexation à l’urée, suivie d’une purification. La partie de l’huile riche en acides gras poly-insaturés issue de la séparation subit un traitement thermique quelques secondes à faible température (40°C) pour éliminer certains contaminants.
  • Concentration et purification des acides gras individuels : Afin d’isoler les acides gras d’intérêt, à savoir le DHA et l’EPA, la phase extraite lors de l’étape précédente est soumise à la technique par CO2 supercritique. Le CO2 supercritique* peut être utilisé comme solvant pour réaliser une chromatographie ou une extraction, dans le but de récupérer les produits séparément.
    Cette technique est unique et permet d’obtenir de hautes concentrations en oméga-3. Elle exclut l’utilisation de solvants toxiques ou produits chimiques, de températures élevées ou de conditions agressives pendant le processus de purification. Ainsi, l’utilisation du CO2 supercritique améliore la qualité de l’huile par rapport à d’autres techniques qui créent des isomères et d’autres contaminants. Il est également intéressant de noter que cette technique confère au fabricant une certaine flexibilité dans la personnalisation des ratios EPA/DHA.
  • Désodorisation : Afin de supprimer les derniers composants indésirés, une étape de désodorisation est appliquée en fin de production. Pour cela, Solutex utilise la technologie CLEANTEX®, une technique de purification brevetée** se servant de l’azote et des températures basses pour éliminer les contaminants (métaux lourds, PCB, dioxines, etc.) ainsi que les arômes résiduels potentiels. Cette méthode permet également de réduire le risque d’oxydation du produit.

Le procédé de fabrication inclut une étape de transestérification, juste avant celle de désodorisation. Cette technique permet en fait de changer la nature des acides gras, auparavant estérifiés, sous une forme triglycéride, plus stable et avec une meilleure résistance à l’oxydation. Le fabricant peut ainsi mélanger les huiles pures, ce qui lui permet d’obtenir, après homogénéisation, des ratios DHA/EPA différents et adaptés aux besoins des clients.

* CO2 supercritique : dioxyde de carbone se situant au point de fusion entre le gaz et le liquide. Sous cette forme, le CO2 possède des propriétés particulièrement intéressantes ; il ne dénature pas les qualités organoleptiques ni les principes actifs du produit. Il est souvent utilisé comme solvant « vert ».

**CLEANTEX® : Breveté aux USA US / 9309484 et en Europe EP / 2732014

Formulation

Le principal atout de la gamme Omegatex® est sa forte teneur en EPA et DHA. Il faut noter que, traditionnellement, pour une huile de poisson contenant des oméga-3 EPA/DHA, la prise journalière peut varier de 3 à 8 gélules ou capsules par jour.

Fish oil pill on white background

Aujourd’hui, les huiles de la gamme Omegatex® de nouvelle génération permettent de :

  • Diminuer la prise journalière : 1 gélule ou capsule par jour peut suffire pour répondre aux recommandations de 250mg/jour, obtenir l’effet bénéfique de l’EPA et du DHA, et inscrire les allégations santé relatives à ces oméga-3.
  • Réduire la taille des capsules et gélules, pour faciliter notamment l’ingestion, tout en gardant la même efficacité.
  • D’obtenir des ratios d’EPA et DHA non existants sur le marché.

Allégations nutritionnelles :

(Règlement (UE) n°116/2010)

  • SOURCE D’OMEGA-3 : Le produit contient au moins 40 mg d’EPA et de DHA combinés pour 100 g et 100 kcal ou par dose quotidienne recommandée.
  • RICHE EN OMEGA-3 : Le produit contient au moins 80 mg d’EPA et de DHA combinés pour 100g et 100kcal ou par dose quotidienne recommandée.

Allégations santé :

(Article 14.1 du Règlement (UE) n°1924/2006 / Règlement (UE) n°440/2011)

  • La consommation de DHA par la mère contribue au développement normal des yeux du fœtus et de l’enfant allaité*.
  • La consommation de DHA par la mère contribue au fonctionnement normal du cerveau du fœtus et de l’enfant allaité*.

*Il est nécessaire d’informer les femmes enceintes et allaitantes que l’effet bénéfique est obtenu avec un apport quotidien de 200 mg de DHA en plus de l’apport quotidien recommandé pour les acides gras oméga-3 pour adultes, c’est-à-dire 250 mg DHA et EPA. L’allégation ne peut être utilisée que pour une denrée alimentaire qui garantit une consommation journalière d’au moins 200 mg de DHA

(Article 13.1 du Règlement (UE) n°1924/2006 / Règlement (UE) n°432/2012)

  • Le DHA contribue au maintien d’une vision normale.
  • Le DHA contribue au fonctionnement normal du cerveau.

Le consommateur doit être informé que l’effet bénéfique est obtenu avec un apport quotidien de 250 mg de DHA. 

  • Le DHA et l'EPA contribuent à une fonction cardiaque normale.

Le consommateur doit être informé que l’effet bénéfique est obtenu avec un apport quotidien de 250 mg de EPA et DHA. 

 (Annexe du Règlement(UE) N° 536/2013 )

  • Le  DHA contribue au maintien d’une concentration normale de triglycérides dans le sang. 
  • Le DHA et l’EPA contribuent au maintien d’une concentration normale de triglycérides dans le sang.

Le consommateur doit être informé que l’effet bénéfique est obtenu par la consommation journalière de 2 g de DHA et 2g d'EPA et de DHA. La consommation journalière complémentaire d’EPA et de DHA confondus ne peut dépasser 5 g.

  • Le DHA et l’EPA contribuent au maintien d’une pression sanguine normale

Le consommateur doit être informé que l’effet bénéfique est obtenu par la consommation journalière de 3 g d’EPA et de DHA. La consommation journalière complémentaire d’EPA et de DHA confondus ne peut dépasser 5 g.