b-2Cool® : collagène natif de type II

b-2Cool® : collagène natif de type II

Santé articulaire

Innovant et d’origine naturelle, b-2Cool® est un ingrédient santé reconnu comme source de collagène natif de type II. Cette biomolécule joue un rôle dans le renforcement des cartilages, où elle est la protéine structurale prédominante.

Le collagène natif de type II – également connu sous le nom de collagène non-dénaturé ou non-hydrolysé – possède un mode d’action unique : la tolérance orale. Cette spécificité permet de moduler la réponse immunitaire à l’encontre du collagène endogène de type II, et ainsi de le protéger de la dégradation.

L’effet positif de b-2Cool® sur les articulations est cautionné par deux études cliniques. Il régulerait la réaction inflammatoire, réduirait l’inconfort au niveau des articulations (Manelli et al. 2015)  et permettrait d’améliorer la fonction du genou (Bakilan et al., 2016)..

b-2Cool® est disponible en France.

=> Ce contenu est destiné exclusivement aux professionnels (Laboratoires de compléments alimentaires et façonniers)

b-2Cool® est un ingrédient santé innovant extrait de sternum de poulet. Son processus de fabrication standardisé permet d’obtenir une composition en collagène minimale de 25%, dont 4% de collagène natif de type II.

En plus du collagène de type II, b-2Cool® contient également d’autres composés comme les glycosaminoglycanes (GAGs). Ces macromolécules composent la matrice des tissus conjonctifs, elles assurent la structure et l’élasticité d’une majeure partie des cartilages, de la peau et des tendons.

Grâce à son mécanisme d’action unique, b-2Cool® permet ainsi la protection du cartilage articulaire.

  1. Le collagène natif de type II : composant essentiel du cartilage 
  2. Le cartilage articulaire : rôle, propriétés et dégradation 
  3. Système immunitaire et dégradation du cartilage
  4. Mécanisme d’action : la tolérance orale

Le collagène natif de type II : composant essentiel du cartilage

Le collagène de type II est la principale protéine structurale du cartilage. Son unité de base est le tropocollagène, une glycoprotéine de structure quaternaire à triple hélice, constituée de trois chaînes α polypeptidiques ([α1(II)] 3) de 300 nm (voir figure 1).

Les unités de tropocollagène combinées entre elles forment des fibrilles de collagène d’environ 50 nm de diamètre, qui sont elles-mêmes assemblées en fibres de collagène.

Représentation tridimensionnelle d'une molécule de tropocollagène

Contrairement au collagène hydrolysé à courtes chaines peptidiques communément retrouvé sur le marché, le collagène natif de type II contenu dans b-2Cool® conserve sa forme tridimensionnelle. Sous sa forme biologiquement active, le collagène préserve alors ses épitopes, des structures périphériques tridimensionnelles qui peuvent être reconnues par le système immunitaire.

Le cartilage articulaire : rôle, propriétés et dégradation

Le cartilage est un tissu conjonctif couvrant les extrémités des os. Il est composé de chondrocytes, de collagène et d’une substance fondamentale amorphe (SFA). Cette substance fondamentale est elle-même composée de protéoglycanes et de GAGs (chondroïtine-sulfate et kératane-sulfate notamment). Le cartilage permet la protection et le maintien des structures osseuses lors des mouvements. L’action couplée du collagène et de la SFA permet de limiter les frictions entre les os et d’augmenter la résistance des articulations aux forces mécaniques importantes.

Au niveau des articulations, le cartilage est dit hyalin – autrement dit il est riche en fibres de collagène de type II. Celles-ci sont disposées singulièrement en réseau de maille (Thiry et al. 2020). Sa structure le rend très élastique et résistant, c’est pourquoi il joue un rôle structurel important (Shoulders et al. 2009).

Le tissu cartilagineux n’est pas vascularisé ; les cellules le composant sont alimentées par diffusion du liquide synovial présent dans la cavité articulaire. C’est pourquoi sa régénération naturelle est lente et souvent incomplète.

Lors d’exercices physiques ou simplement en raison des actions mécaniques quotidiennes, des lésions apparaissent sur le cartilage : les fibres de collagène se fragmentent et la structure se déséquilibre. Le cartilage devient alors plus fragile, il perd ses propriétés de résistance et de viscoélasticité.

En outre, avec l’âge, la régénération du cartilage est de plus en plus lente et les lésions sont souvent irréversibles.

Système immunitaire et dégradation du cartilage

Le système immunitaire peut agir dans la dégradation du cartilage. Lorsque le collagène cartilagineux est érodé ou lésé, les particules générées se dispersent dans la matrice extracellulaire de l’articulation. Le système immunitaire, et plus précisément les lymphocytes T, ne reconnaissent pas ces fragments endogènes de collagène, et les catégorisent donc comme potentiellement néfastes (Kandahari et al., 2015). Ainsi, les cellules immunitaires, qui considèrent désormais le collagène comme un agresseur, vont aggraver la fragilisation du cartilage et augmenter l’inflammation. La réaction inflammatoire génère des douleurs articulaires et peut provoquer une sécrétion de liquide synovial inhabituellement élevée, provoquant un épanchement.

De nombreuses personnes se retrouvent confrontées à des douleurs articulaires de la sorte. C’est pourquoi Elementa offre b-2Cool®, une solution efficace grâce à son mécanisme d’action intervenant sur l’aspect immunitaire des affections articulaires.

Mécanisme d'action : la tolérance orale

b-2Cool® agit grâce à la préservation de la forme native du collagène, à travers un mécanisme de médiation immunitaire appelé tolérance orale.

Ce mécanisme d’action consiste à administrer un antigène qui va moduler la réaction immunitaire en réaction positive.

schema-oral-tolerance-B2Cool.jpg
Figure 2 : Schéma fonctionnel du mécanisme d’action de b-2Cool® par le principe de tolérance orale

Le collagène natif administré par voie orale parcourt l’estomac sans être dénaturé (1). Une fois dans l’intestin, il est reconnu par les plaques de Peyer, des follicules lymphoïdiques qui régulent la réponse immunitaire (2). Le collagène, grâce à ses épitopes spécifiques, se lie ainsi aux cellules immunitaires (3), ce qui déclenche par l’intermédiaire de médiateurs immunitaires la régulation à la baisse du processus inflammatoire. Les lymphocytes n’agissant plus sur le collagène de type II présent dans les articulations (4) (Park et al. 2009), l’organisme apprend alors à les reconnaître comme des molécules non-néfastes.
La réponse immunologique induite est alors plus faible, ce qui ralentit la dégradation du collagène.

Le collagène natif de type II, à travers son mode d’action, réduit le processus de dégradation du collagène articulaire contrairement au collagène hydrolysé qui augmente simplement sa synthèse.

Grâce à ce mécanisme d’action, b-2Cool® joue un rôle bénéfique sur la santé des articulations dont les effets sur l’homme sont cautionnés par 2 études cliniques.


SOURCES

De nombreuses personnes se retrouvent confrontées au cours de leur vie à des problématiques et des douleurs articulaires liées à l’âge, à la pratique du sport, au surpoids, à la sédentarité ou bien à des maladies telles que l’ostéo-arthrite (arthrose) ou la polyarthrite rhumatoïde.

b-2Cool® est une solution innovante pour la santé des articulations et a fait l’objet d’essais cliniques pertinentsL’efficacité de b-2Cool® pour soulager les douleurs articulaires, réduire l’inflammation et prévenir la destruction du cartilage a été montrée dans deux études cliniques (l’une en simple aveugle, l’autre en rétrospective) chez des patients atteints d’arthrose, ainsi que dans une étude préclinique considérant un modèle animal atteint d’arthrose.

b-2Cool (Bioiberica) redimensionnée

1. Etude in vivo, Mannelli et al.

L’étude in vivo de Mannelli et al. (2015) montre les effets protecteurs sur le cartilage du collagène natif de type II extrait de sternum de poulet.

Cette étude permet d’évaluer l’efficacité pré-clinique d’une faible dose de collagène de type II chez des rats auxquels on a induit l’arthrose, maladie dégénérative articulaire, par le monoiodoacétate de sodium (MIA). Souvent liée à l’âge, cette maladie touche les articulations, et s’accompagne de réactions inflammatoires, de douleurs et de raideurs.

L’étude a été menée sur 14 jours avec 4 groupes de rats :

  • Un groupe contrôle sain : pas d’induction de l’arthrose et administration d’un placebo.
  • Un groupe contrôle négatif : induction de l’arthrose par MIA le premier jour du test et administration d’un placebo.
  • Un groupe supplémenté avec b-2Cool® (collagène natif de type II) : induction de l’arthrose par MIA le premier jour du test et administration quotidienne de 3 mg/kg de b-2Cool®.
  • Un groupe de référence : induction de l’arthrose par MIA le premier jour du test et administration quotidienne de 250mg/kg de glucosamine de qualité pharmaceutique. La glucosamine est la substance active traditionnellement utilisée pour le traitement des douleurs articulaires dues à l’arthrose.

Différents tests et mesures ont permis de quantifier l’avancée de la maladie dans les groupes de rats :

  • Le test de pression de la patte. Durant ce test, qui permet d’évaluer la douleur, on relève le réflexe de retrait ou la vocalisation du rat lors d’un stimulus mécanique sur la patte. Un analgésimètre est utilisé pour quantifier la douleur.
  • Le test d’activité « Animex », qui relève l’activité, la coordination et l’équilibre chez les rats. Chaque mouvement du rat est quantifié sur un temps donné.
  • Des prélèvements de plasma, qui permettent de quantifier certains marqueurs biochimiques et notamment les cytokines inflammatoires, à savoir l’interleukine 1β (IL-1β), et le Tumor Necrosis Factor α (TNFα).
RÉDUCTION DES DOULEURS ARTICULAIRES

Il a été démontré dans cette étude que b-2Cool® réduisait les douleurs articulaires après 7 et 14 jours de traitement. En effet, la sensibilité à la douleur mesurée par le test de pression de la patte est significativement inférieure (p<0,01) pour les rats auxquels on a administré du collagène natif de type II par rapport au groupe contrôle négatif.

Comme indiqué sur la figure 1, la pression sur la patte tolérée par les rats du groupe supplémenté quotidiennement avec 3mg/kg de b-2Cool® est considérablement plus élevée que pour les rats du groupe contrôle négatif (P<0,01) au jour 14.

graphe1-4.png
Figure 1 : Pression supportée (g) lors du test de pression de la patte au 14ème jour de traitement (**p<0.01 vs placebo + vehicle treated animals; ^^p<0.01 vs MIA + vehicle treated animals)

Ces résultats sont appuyés par le test « Animex », qui a permis d’observer que la supplémentation quotidienne en b-2Cool® améliorait l’activité, la coordination et l’équilibre chez le rat.

Ainsi, à très faible dose, b-2Cool® assure des articulations en bonne santé et son efficacité est comparable à celle de la glucosamine de qualité pharmaceutique, qui doit quant-à-elle être utilisée à des doses bien plus élevées pour obtenir les mêmes effets.

DIMINUTION DE L’INFLAMMATION

La supplémentation en b-2Cool® permet non-seulement une amélioration comportementale, mais également de meilleurs résultats pour les dosages des marqueurs biochimiques.

Chez le groupe supplémenté, un contrôle au 14ème jour a montré que b-2Cool® réduisait significativement les taux de IL-1β et de TNFα, exacerbés par la maladie d’arthrose (P<0,01), en comparaison avec le groupe contrôle négatif (voir figure 2). Ces résultats étaient similaires aux effets de la glucosamine.

Le dosage des fragments de collagène présents dans le sérum a également montré une diminution de la dégradation du collagène endogène dans le cas d’une supplémentation avec b-2Cool®, ce qui met en évidence une protection du cartilage.

graphe2
Figure 2: Taux d’IL-1ß plasmique, jour 14, **P<0.01 vs placebo + vehicle treated animals; ^^P<0.01 vs MIA + vehicle treated animals

En résumé, cette étude a permis de mettre en lumière les effets positifs de la supplémentation en b-2Cool® sur la santé des articulations.

2. Etude clinique de Scarpellini et al.

L’objectif de l’étude de Scarpellini et al. (2008) est d’évaluer l’effet de b-2Cool® (collagène natif de type II) en association avec la glucosamine et la chondroïtine sulphate, deux ingrédients connus pour leur effet positif sur les articulations. Cette étude rétrospective et comparative a été menée pendant un an sur 104 personnes âgées de 61.4 ans en moyenne. Les participants étaient tous atteints d’arthrose de la hanche, du genou, de la main mais également d’une forme sévère d’arthrose de la main dite érosive. Deux groupes ont été formés :

  • Un groupe contrôle de 47 personnes supplémentées avec 1000 mg de glucosamine et 1000 mg de chondroïtine sulfate.
  • Un groupe supplémenté avec b-2Cool® de 57 personnes supplémentées avec 2 mg de b2-Cool® (collagène natif de type II), 1000mg de glucosamine et 1000mg de chondroïtine sulfate.

Différents tests et procédures d’évaluation ont été réalisés sur les sujets au début de l’étude (T0), à six mois (T6) et à douze mois (T12) :

  • Un questionnaire utilisant l’échelle visuelle analogique (VAS) qui permet l’évaluation de la douleur au repos et pendant la marche.
  • Des tests urinaires ELISA CroosLapsâ et CartiLapsâ pour la quantification des biomarqueurs (uCTX I et uCTX-II), peptides de collagène générés lors de la dégradation du cartilage.
  • Une évaluation des articulations par radiographie à T0 et à T12 (score de Kellgreen and Lawrence allant de 0 à 4, avec 0 correspondant à une radio normale et 4 correspondant à une arthrose sévère).
EFFETS DE LA GLUCOSAMINE, DE LA CHONDROÏTINE ET DU B-2COOL® SUR L’ARTHROSE

Après 6 mois et 12 mois, on observeune diminution des douleurs au repos et pendant la marche pour l’ensemble des participants par rapport au début de l’étude (pT6 = 0,014 et pT12 = 0,004). De plus, les traitements appliqués pour le groupe contrôle et pour le groupe supplémenté ont tous les deux diminué significativement la concentration des biomarqueurs uCTX I ( PT6=0,002 et PT12=0,002 vs T0) et uCTXII ( PT6=0,003 et PT12=0,002 vs T0) par rapport au début de l’étude pour l’ensemble des participants.

Ces résultats témoignent donc d’une diminution de la dégradation des cartilages et de la douleur déjà après 6 mois.

EFFETS DE B-2COOL® SUR LA DÉGRADATION CARTILAGE 

Des résultats significatifs ont été relevés tout particulièrement pour les participants atteints d’arthrose érosive et non-érosive de la main. D’après les prélèvements, la quantité du biomarqueur uCTX I diminuait significativement de 35% à T12 (P = 0,026) pour l’ensemble de ces personnes, et en particulier de 60% (P= 0,017) pour les personnes atteintes d’arthrose érosive de la main dans le groupe dont la supplémentation contenait du b-2Cool® par rapport au groupe contrôle (voir figure 3)

B2Cool-Etude-1-graph-1-UCTX-I.jpg Figure 3 : Evolution des concentrations moyennes d’ uCTX I des personnes atteintes d’arthrose érosive de la main en fonction du temps, pour le groupe dont la supplémentation avec b-2Cool® et le groupe contrôle ( 95% CI : intervalle de confiance de 95%)

D’autre part, les participants atteints d’arthrose érosive et non-érosive de la main dont la supplémentation contenait du b-2Cool® ont démontré une amélioration pour la concentration en uCTX-II entre le 6ème et le 12ème mois de traitement, tandis que les sujets du groupe contrôle négatif ont constaté une tendance à la baisse au 12ème mois par rapport au 6ème mois (P=0,017).

L’ajout de b-2Cool® à la supplémentation a diminué la génération de peptides de collagène lors de la dégradation du cartilage (niveau moyen des biomarqueurs uCTX I et uCTX II) en comparaison au groupe contrôle, tout particulièrement chez les personnes atteintes d’arthrose de la main. Par conséquent, le couplage avec b-2Cool® semblerait réduire la dégradation du collagène de manière plus importante que ne le feraient la glucosamine et la chondroïtine seules.

En parallèle, la figure 2 montre une diminution pour les deux groupes de la progression du Kellgren-Lawrence, échelle radiologique permettant d’évaluer la sévérité de l’arthrose. Au 12ème mois de traitement, on constate cependant un net ralentissement de la progression du Kellgren-Lawrence pour les participants traités au b-2Cool® (P=0,09) par rapport au groupe contrôle. Par conséquent, ce résultat suggère que l’addition de b-2Cool® à la supplémentation freinerait la progression structurelle de l’arthrose.

B2Cool-Etude-1-graph-2-Score-radiologique.jpg Figure 4 : Evolution du score radiologique des personnes atteintes d’arthrose érosive de la main en fonction du temps pour le groupe supplémenté en b-2Cool® et le groupe contrôle (95% CI : intervalle de confiance de 95%)

En conclusion, les résultats de l’étude montre l’effet d’une supplémentation en b-2Cool® sur la réduction de la dégradation du collagène et le ralentissement de la progression de l’arthrose. 

3. Etude clinique de Bakilan et al.

L’étude clinique de Bakilan et al. 2016 avait pour but d’évaluer l’effet d’une supplémentation en b-2Cool® sur l’arthrose du genou. Cette étude clinique, randomisée et contrôlée en simple aveugle, a évalué l’efficacité de b-2Cool® sur 3 mois de traitement. Les 39 participants, âgés de 45 à 70 ans et tous atteints d’arthrose du genou ont été répartis dans deux groupes :

  • Un groupe contrôle, auquel on a administré 1500 mg/jour de paracétamol (analgésique opioïde).
  • Un groupe supplémenté, auquel on a administré 40 mg/jour de b-2Cool® (collagène natif de type II) et 1500 mg/jour de paracétamol.

Différents tests et mesures ont été effectués sur les participants en phase de pré-traitement (t0) et de post-traitement (t3) :

  • Un questionnaire utilisant l’échelle visuelle analogique (VAS) permettant l’évaluation de la douleur au repos et pendant la marche,
  • Un questionnaire de type WOMAC, dont l’utilisation est reconnue dans l’évaluation de l’arthrose des membres inférieurs. Ce questionnaire se base sur différents ressentis à savoir la douleur, la raideur et la fonction physique. La fonction physique est la difficulté éprouvée lors de mouvements quotidiens comme descendre les escaliers, se tenir debout, enfiler une paire de chaussettes, etc.
  • Un questionnaire standardisé sur la qualité de vie (SF36) comportant 36 questions sur l’état de santé (santé physique et fonctionnelle, douleur corporelle, santé générale, état émotionnel et social, vitalité, santé mentale).
  • Des tests urinaires réalisés par ELISA, pour la quantification des biomarqueurs liés à la dégradation du cartilage (Coll 2-1, Coll 2-1, NO2 et la fibuline 3).
RÉSULTATS

Après 3 mois de traitement, les patients du groupe supplémenté en b-2Cool® ont rapporté des améliorations significatives par rapport à t0 en termes de douleur, de fonction et de qualité de vie :

  • Le VAS montre une réduction de la douleur pendant la marche (p<0,001)
  • Le WOMAC montre une amélioration globale de la fonction articulaire (total WOMAC ; p=0,004). Plus spécifiquement, on constate une réduction de la douleur (p=0. 003) et une amélioration de la fonction physique (p=0,016).
  • Le SF36 montre des améliorations significatives pour plusieurs sous-catégories du questionnaire telles que le fonctionnement physique (p=0,039), le rôle physique (p=0,023), le rôle émotionnel (p=0,048) et la douleur corporelle (p=0,016).

A l’issue des 3 mois de traitement, on remarque une différence significative dans le score de marche VAS en faveur du groupe supplémenté en b-2Cool® par rapport au groupe contrôle (p=0,014). Une réduction de la douleur de 50% a été enregistrée pour le groupe supplémenté en b-2Cool® et paracétamol (p=0,002).

Pour conclure, la supplémentation au collagène natif de type II (b-2Cool®) combiné à un analgésique permettrait donc de diminuer les douleurs articulaires, améliorerait la mobilité et la qualité de vie après 3 mois de traitement chez les personnes atteintes d’arthrose du genou. De plus, la supplémentation en b-2Cool® aurait un effet supérieur au paracétamol, lorsqu’il est administré seul, dans la réduction des douleurs articulaires pendant la marche.


SOURCES

  • Mannelli LDC et al. (2015). Low dose chicken native type II collagen is active in a rat model of osteoarthritis. Osteoporosis Int, volume 26, pg. 366. Journal of Medicine, 48(2), 95–101.
  • Scarpellini M., Lurati A., Vignati G., Marrazza M.G., Telese F., Re K., Bellistri A. (2008). Biomarkers, type II collagen, glucosamine and chondroitin sulfate in osteoarthritis follow-up: the « Magenta osteoarthritis study ». Journal of orthopaedics and traumatology, volume 9 (2), pg. 81–87. https://doi.org/10.1007/s10195-008-0007-5
  • Bakilan F., Armagan O., Ozgen M., Tascioglu F., Bolluk O., & Alatas O. (2016). Effects of Native Type II Collagen Treatment on Knee Osteoarthritis: A Randomized Controlled Trial. The Eurasian journal of medicine, 48(2), 95-101. https://doi.org/10.5152/eurasianjmed.2015.15030

INFORMATIONS GÉNÉRALES :

Le collagène est un ingrédient alimentaire à usage général inclus dans l’Annexe III, Section XV du Règlement (CE) n°853/2004 qui fixe les règles d’hygiène spécifiques applicables aux denrées alimentaires d’origine animale.

Du fait de l’existence d’antécédents d’utilisation de collagène avant le 15 mai 1997, le Règlement (UE) n°2015/2283 relatifs aux nouveaux aliments n’est pas applicable. Ainsi, b-2Cool® peut être utilisé en tant qu’ingrédient dans les aliments ou être inclus dans la formulation de compléments alimentaires.

Le collagène est autorisé en France dans les compléments alimentaires par reconnaissance mutuelle (Article 16)

b2-cool

b-2Cool® est un ingrédient issu du processus strict de Bioiberica. Une fois l’extraction du sternum de poulet effectuée, le produit suit un processus méthodique strict afin d’obtenir une poudre fine de couleur crème et sans odeur.

b-2Cool® est principalement utilisé dans la formulation de compléments alimentaires sous forme de poudre, gélules et comprimés.

Selon les études de Bioiberica, la dose journalière recommandée de b-2Cool® s’élève à 40 mg. Cette dose est 250 fois plus faible que la quantité traditionnellement utilisée pour le collagène hydrolysé (10g/jour), ce qui facilite grandement la formulation dans de petits formats pratiques.

b-2Cool® peut être utilisé en association avec la vitamine C, la vitamine D et certains minéraux (cuivre, manganèse) assurant le bon fonctionnement des mécanismes liés aux articulations, et/ou intervenant dans la formation du collagène.